Architecture contemporaine de Lot-et-Garonne

Panorama 20e & 21e siècles - Lot-et-Garonne

Fiche

Groupe scolaire Carnot

Construction publique

Commune

Agen (47000)

Adresse

38 Cours Washington

Maître(s) d'œuvre

Roland JOSSILEVITCH AMP architecture JM REYNARD

Maître d'ouvrage

Ville d'Agen

Année de livraison

1958

Période de réalisation

1946-1975

Distinctions

Palmarès 2012 de l’architecture et de l’aménagement de Lot-et-Garonne – Lauréat  catégorie Construction publique  /extension

Le bâtiment de l’école maternelle vu depuis la cour. ©CAUE47

1/10

Grâce à la création d’une rampe en béton, les nouveaux locaux et les locaux existant de l’école Carnot ont été rendus accessibles. ©CAUE47

2/10

Ecole Carnot - Façade rue de l’argenterie après travaux d’extension. ©CAUE47

3/10

Motif décoratif encastré dans le mur de l’école maternelle sur le thème des Fables de La Fontaine réalisé en 1958 par le sculpteur L.G Buisseret. ©CAUE47

4/10

Esquisse du projet présenté lors du concours (devise fer à cheval) © Source Pole mémoire - Archives municipales d’Agen

5/10

L'avant projet présenté lors du concours (devise fer à cheval) fixe les grandes lignes et le parti général des constructions à réaliser © Source Pole mémoire - Archives municipales d’Agen

6/10

Avant-projet d’école primaire des filles Carnot-Bara – Plan de l’étage dressé par R.Jossilevicht – M.Reynard – Architectes dplg - 1954© Source Pole mémoire - Archives municipales d’Agen

7/10

Groupe scolaire Washington – Façade rue de l’argenterie - R.Jossilevicht – M.Reynard – Architectes dplg - 1955 © Source Pole mémoire - Archives municipales d’Agen

8/10

Groupe scolaire Carnot – Façade rue de l’argenterie – extension – AMP architecture – 2011 © AMP architecture

9/10

Groupe scolaire Carnot – Plan général du rez-de-chaussée – 2012 © CAUE47

10/10

Installé en centre-ville d’Agen, le groupe scolaire Carnot rassemble sur un même site une école élémentaire et une école maternelle publiques. Construite à la fin des années cinquante par les architectes Jossilévitch et Reynard, cette école introduit certains principes du mouvement moderne : rupture formelle, principe de régularité, fonctionnalisme et utilisation du béton.

En savoir +

Au lendemain de la guerre, un concours est lancé par la municipalité en vue de la construction d’un groupe scolaire.  Pour cela, elle fait l’acquisition d’un terrain en centre-ville, en bordure de la rue de l’Argenterie et du cours Washington.  En 1947, les architectes Jossilévitch et Reynard sont lauréats du concours. Le projet retenu n’est en réalité qu’un avant-projet. Une longue étude débute, ponctuée de refus du Ministère de l’éducation et de la commission des Bâtiments de France. Le programme initial - très important - est modifié, les architectes remanient leur projet (suppression des toitures à une pente, du 2nd étage du bâtiment principal…). Les travaux sont réceptionnés en décembre 1958.

Les architectes, malgré l’exiguïté du terrain, ont la volonté de construire " un vaste ensemble aéré". A cette époque les classes ne sont pas mixtes, il est donc nécessaire de créer des espaces séparés - classes et cours de récréation - pour les garçons et pour les filles. Afin de dégager un maximum d’espace pour les cours de récréation et de préserver les arbres existants, les constructions sont groupées parallèlement aux rues de l’Argenterie et Ledru-Rollin.  L’ensemble constitue, en ailes, deux corps de bâtiments accueillant école et bâtiments des services généraux. La façade principale du bâtiment scolaire est centrée sur l’axe du Cours Washington. Les bâtiments comportent de nombreux éléments en béton armé. Roland Jossilévitch utilisera ce même matériau pour la construction du Stadium (1965), situé à quelques encablures du groupe scolaire.

L’extension réalisée en 2011 par AMP architecture (A.Pruvot – D.Mokrane) s’est attachée à préserver la cohérence architecturale de l’ensemble. L’intervention a porté sur la création d’équipements complémentaires à l’usage de l’école maternelle : une salle polyvalente, des bureaux et des sanitaires. Deux nouveaux volumes ont été accolés à la façade ouest,  les bureaux alignés au plus proche de l’entrée et la salle polyvalente positionnée à l’angle de la parcelle. Grâce à la création d’une rampe en béton, les nouveaux locaux et le reste du bâti ont été rendus accessibles aux personnes à mobilité réduite. Par symétrie et mimétisme, l’extension s’inscrit en continuité du bâti existant. Elle en reproduit les formes, les teintes claires, la modénature et les lignes de composition.