Architecture contemporaine de Lot-et-Garonne

Panorama 20e & 21e siècles - Lot-et-Garonne

Fiche

Immeuble de bureaux du Crédit Agricole

Lieu de travail

Commune

Agen (47000)

Adresse

122 boulevard Carnot

Maître(s) d'œuvre

Ecole bordelaise COURTOIS Adrien architecte LAJUS Pierre architecte SADIRAC Michel architecte SALIER Yves architecte

Année de livraison

1968

Période de réalisation

1946-1975

Détail de la façade principale - Ecole Bordelaise © Archives CRCAM d’Aquitaine

1/18

Maquette du projet, façade principale - Ecole Bordelaise © Archives CRCAM d’Aquitaine

2/18

Maquette du projet, façade arrière - Ecole Bordelaise © Archives CRCAM d’Aquitaine

3/18

Projet de cession d’une parcelle – janvier 1968 © Archives CRCAM d’Aquitaine

4/18

Immeuble du 106 boulevard Carnot avant sa démolition © Archives CRCAM d’Aquitaine

5/18

Travaux d’excavation du terrain en vue de l’édification de l’immeuble – juin 1968 © Pôle Mémoire et Archives / Agen.

6/18

Travaux d’excavation du terrain en vue de l’édification de l’immeuble – juin 1968 © Pôle Mémoire et Archives / Agen.

7/18

Travaux d’excavation du terrain en vue de l’édification de l’immeuble – juin 1968 © Pôle Mémoire et Archives / Agen.

8/18

Plan du sous-sol - 1967 - Ecole Bordelaise © Archives CRCAM d’Aquitaine

9/18

Plan du rez-de-chaussée - 1967 - Ecole Bordelaise © Archives CRCAM d’Aquitaine

10/18

Plan étage courant - 1967 - Ecole Bordelaise © Archives CRCAM d’Aquitaine

11/18

Plan de la façade principale - 1967 - Ecole Bordelaise © Archives CRCAM d’Aquitaine

12/18

Plan de la façade ouest - 1967 - Ecole Bordelaise © Archives CRCAM d’Aquitaine

13/18

Plan de la façade arrière - 1967 - Ecole Bordelaise © Archives CRCAM d’Aquitaine

14/18

Plan de la façade arrière - 1967 - Ecole Bordelaise © Archives CRCAM d’Aquitaine

15/18

Plan pignon - 1967 - Ecole Bordelaise © Archives CRCAM d’Aquitaine

16/18

Coupe projet de surélévation - 1969 - Ecole Bordelaise © Pôle Mémoire et Archives / Agen.

17/18

Coupe escalier projet de surélévation - 1969 - Ecole Bordelaise © Pôle Mémoire et Archives / Agen.

18/18

Avec la construction de nouveaux bureaux en centre-ville d’Agen, en 1968, la Caisse Régionale du Crédit Agricole Mutuel de Lot-et-Garonne entend révolutionner l’image des organismes bancaires et créer la "banque de l’an 2000". Conçu pour accueillir un nouvel ordinateur IBM, le projet propose même à l’origine un "drive bancaire" pour éviter l’attente aux guichets. Cette modernité dans l’offre de service s’accompagne d’un geste architectural assez audacieux dans le contexte du centre ancien agenais. Les architectes Salier, Courtois, Lajus et Sadirac, de l’école bordelaise, conçoivent un immeuble-barre, long de 50 mètres, qui se caractérise par une façade alvéolaire en béton et verre.

En savoir +

L’immeuble est construit à l’emplacement d’un immeuble ancien au 106 boulevard Carnot. Son édification, et notamment l’exploitation optimisée du sous-sol, a nécessité au préalable la dérivation par les services municipaux d’un égout lié à la canalisation du ruisseau de la Masse.

L’ensemble a été réalisée en 2 tranches notamment pour permettre le transfert des bureaux existants situés au 106 dans la 1re tranche. Distribués sur près de 2 000 m2 utiles et 4 étages, cette " banque de l’an 2000 " comprend : 

  • au rez-de-chaussée l’agence bancaire ;
  • aux étages les bureaux, avec au dernier niveau la salle du conseil d’administration ;
  • un sous-sol abritant la salle des coffres, les archives et un parking.

La structure porteuse en béton créé l’identité architecturale du bâtiment, tout en répondant à ses exigences techniques et constructives. Les façades affichent une modernité radicale. Elles s’apparentent à celles du GILG du Médoc, construit en 1966 car elles sont rythmées par des éléments porteurs constitués de caissons préfabriqués qui reposent sur une longue poutre. Ces éléments composent une modénature alvéolaire, basée sur le rythme entre meneaux de 1.20 mètre ; ils participent à l’aspect "brutaliste" de l’édifice. 

Sur le pignon, la façade présente un exemple de mur-rideau, avec une composition d’éléments menuisés en verre et aluminium. Les locaux sont répartis de part et d’autre d’une imposante tour-cage d’escalier qui distribue chaque niveau, et répond aux nécessités de création de sorties de secours. Elle accueille ainsi l’ascenseur, l’escalier protégé par des portes coupe-feu et des blocs de sanitaires.

Les bureaux, conçus quasiment en "open space", sont éclairés par une lumière zénithale et des vitrages en  bandeau. L’effet horizontal est accentué à l’intérieur, par des poutres traversantes de couleur foncée.

Le  rez-de-chaussée présente des murs pleins, avec un léger fruit, revêtus d’un appareillage de dalles de gravillons lavés et surmontés d’impostes vitrées filantes. Les sols de l’agence bancaire sont en pierre de travertin. Seule la hauteur globale du bâtiment témoigne de son intégration dans le prospect du boulevard néo-classique et dans la continuité du front bâti urbain.

L’esthétique sans concession de ce bâtiment témoigne du refus d’un quelconque pastiche et démontre que les procédés constructifs peuvent créer un nouveau vocabulaire architectural. Compte tenu de la surface supérieure à 2000 m2, le permis a été délivré en février 1968 par l’administration centrale du Ministère de l’équipement (Direction de l’aménagement foncier et de l’urbanisme). Une dernière surélévation est réalisée dans les années 70. 

Le Crédit Agricole ne conserve aujourd’hui sur le site Carnot qu’une agence bancaire. Il a, par ailleurs, fait construire sur la commune de Boé, dans les années 1980, le vaste siège de la caisse régionale par l’ architecte Jean-Claude Donnadieu.