Architecture contemporaine de Lot-et-Garonne

Panorama 20e & 21e siècles - Lot-et-Garonne

Fiche

Médiathèque intercommunale Fernand Pouillon

Construction publique

Commune

Cancon (47290)

Adresse

24 rue des Fossés

Maître(s) d'œuvre

Lewis WILLMOTT, architecte

Année de livraison

2012

Distinctions

Palmarès 2012 de l’Architecture et de l’Aménagement de Lot-et-Garonne - Mention équipement culturel et touristique 

Mots-clés

Sur le pignon sud-est, une grande ouverture vitrée éclairant les salles de lecture via l’escalier intérieur, est protégée par des brise-soleil à lames bois orientables. © CAUE 47

1/9

Le bâtiment réhabilité et ceux aux alentours appartiennent à la partie la plus ancienne de la ville de Cancon © CAUE 47

2/9

A l’emplacement de la partie effondrée de la façade nord-est, une grande baie vitrée en aluminium est installée sur deux niveaux. © CAUE 47

3/9

L’intervention contemporaine est affirmée par le biais d’un vocabulaire architectural mêlant verre, bois et béton. © CAUE 47

4/9

Le mur existant est rejointoyé « à pierre vue », le pan de bois du dernier étage en encorbellement est reconstruit à l’identique © L.Willmott

5/9

L’ossature en pans de bois a été réhabilitée avec la technique traditionnelle du torchis confectionné à partir de terre argileuse et de fibres végétales © L.WILLMOTT

6/9

Plan de coupe © CAUE 47

7/9

La réhabilitation s’est attachée à respecter le bâti existant © CAUE 47

8/9

Vue intérieure de la médiathèque © L.Willmott

9/9

D’importants travaux de reconstruction-réhabilitation ont été engagés pour transformer une ancienne maison de ville, en l’état de ruine après un effondrement partiel, en médiathèque. En donnant une seconde vie à ce patrimoine, le bâtiment existant et ceux aux alentours appartiennent à la partie la plus ancienne de la ville de Cancon, le maître d’ouvrage a souhaité redynamiser le centre ancien en y implantant un équipement culturel intercommunal.

En savoir +

Les efforts entrepris pour réhabiliter ce bâtiment, situé à l’intérieur d’un périmètre de protection d’un monument historique, ont été conséquents et la démarche de projet valeureuse tant pour la maîtrise d’ouvrage que pour la maîtrise d’œuvre. 

L’intervention s’est attachée à respecter l’existant : utilisation de tuiles canal de récupération, réemploi des bois de charpente pour le colombage, application d’enduits et badigeons à la chaux et murs en torchis confectionné à partir d’argile locale. Cette technique traditionnelle, qui consiste à remplir une ossature en pans de bois à partir d’un matériau de construction à base de terre argileuse et de fibres végétales, étant moins utilisée de nos jours, l’entreprise de maçonnerie a dû  faire appel à un formateur spécialisé pour initier les ouvriers à la réalisation du torchis.

A l’emplacement de la partie effondrée de la façade nord-est, une grande baie vitrée en aluminium est installée sur deux niveaux. Soulignée par un jambage en béton brut de coffrage, elle tient lieu d’entrée. Le mur existant est rejointoyé «  à pierre vue », le pan de bois du dernier étage en encorbellement est reconstruit à l’identique. Sur le pignon sud-est, une grande ouverture vitrée éclairant les salles de lecture via l’escalier intérieur, est protégée par des brise-soleil à lames bois orientables. 

Bien que respectueuse de l’existant et des mises en œuvre traditionnelles, l’intervention contemporaine est malgré tout pleinement affirmée par le biais d’un vocabulaire architectural mêlant verre, bois et béton.

La médiathèque porte le nom de Fernand Pouillon, célèbre architecte français né en 1912 à Cancon où son père participait à la construction de la voie de chemin de fer. Géré par la Communauté des Communes des Bastides en Haut Agenais Périgord, cet équipement est complété par un jardin de lecture aménagé par la commune à proximité.