Architecture contemporaine de Lot-et-Garonne

Panorama 20e & 21e siècles - Lot-et-Garonne

Fiche

Place des arcades

Espace public

Commune

Monflanquin (47150)

Adresse

Place des arcades

Maître(s) d'œuvre

Philippe Millasseau, urbaniste Nechtan, architecte Hélène Sirieys, paysagiste

Maître d'ouvrage

Ville de Monflanquin

Année de livraison

2004

Période de réalisation

Depuis 2000

Surface

11 000 m2

Coût

1 600 000 € HT (année de référence 2004)

Distinctions

Palmarès 2012 de l’architecture et de l’aménagement de Lot-et-Garonne – Lauréat Espace Public 

Vue d’ensemble de la place des arcades © CAUE 47

1/7

Plan de situation © CAUE 47

2/7

Plan de la place des arcades © CAUE 47

3/7

Coupe transversale © CAUE 47

4/7

Plantation et mur de soutènement du carré central © CAUE 47

5/7

Détail d'emmarchement © CAUE 47

6/7

La plantation d’arbres de hautes tiges renforce la composante végétale tout en amenant un peu d’ombrage. © CAUE 47

7/7

Au cœur de la bastide de Monflanquin, la Place des arcades dessert des équipements publics (mairie, musée des bastides) et des commerces. Bordée de cornières soutenues par de larges piliers en pierre, elle présente un grand intérêt patrimonial et urbain. Son aménagement répond à un double objectif : valoriser cet environnement bâti et réorganiser la circulation et le stationnement des véhicules.

En savoir +

La place et ses abords ont été traités avec un seul matériau : la pierre calcaire. Le recours à cet unique matériau témoigne de la simplicité et de la cohérence de l’intervention qui vise en premier lieu à mettre en valeur les qualités architecturales et urbaines du site. La pierre calcaire est déclinée en béton d’agrégats calcaire, marches et dalles, pavés, caniveaux double devers. La gestion de la pente a fait l’objet d’un soin particulier dans le dessin des emmarchements et la hauteur des murets ceinturant le plateau carré central. Ces murets de pierre viennent souligner et soutenir la place qui « délivrée des véhicules » offre une nouvelle qualité d’usage pour les marchés fermiers, promenades, terrasses de café… La plantation d’arbres de hautes tiges renforce la composante végétale tout en amenant un peu d’ombrage. 

La disparition des zones bitumées sur la place s’est accompagnée d’une réflexion sur la place de la voiture. Une simple traversée automobile, au lieu de l’ancien mouvement giratoire, a été maintenue. Le plan de circulation et de stationnement s’organisent en fonction de la fréquentation de la bastide : de juin à fin septembre, la circulation est limitée d’un seul côté, le stationnement est interdit ; d’octobre à mai, le stationnement est possible en épi le long de la place, il reste interdit le long des arcades. L’activité dans le cœur de bourg est privilégiée, les locaux se rapprochent des administrations, des commerces, des lieux d’activités. A cela s’ajoute, la création d’un parking à proximité qui offre une solution à la question, toujours sensible, du stationnement dans les centres anciens.