Architecture contemporaine de Lot-et-Garonne

Panorama 20e & 21e siècles - Lot-et-Garonne

Fiche

Stade Max Rousié

Construction publique

Commune

Villeneuve-sur-Lot (47300)

Adresse

Avenue d’Agen

Maître(s) d'œuvre

Paul LAGNEAU Roger VIGUIE

Maître d'ouvrage

Ville de Villeneuve-sur-Lot

Année de livraison

1956

Période de réalisation

1946-1975

Surface

14 hectares

Grand Villeneuvois

Escalier central donnant accès aux tribunes. © CAUE47

1/12

Tribunes du stade, gradins en béton et coursives en briques. © CAUE47

2/12

Tribunes du stade, gradins en béton et coursives en briques. © CAUE47

3/12

Tribunes du stade, gradins en béton et coursives en briques. © CAUE47

4/12

A l’entrée du stade, une des cabines-guichets, en arrière-plan le logement de gardien. ©CAUE47

5/12

Vue de l’entrée ©CAUE47

6/12

Vue depuis les gradins. ©CAUE47

7/12

Plan d’ensemble – première esquisse mai 1950 – Paul Lagneau urbaniste © Pôle mémoire-archives municipales de Villeneuve-sur-Lot.

8/12

Tribunes du stade, vue sur l’entrée – avril 1952 - Paul Lagneau architecte © Pôle mémoire-archives municipales de Villeneuve-sur-Lot.

9/12

Tribunes du stade, vue sur le stade et coupe d’une tribune – avril 1952 - Paul Lagneau architecte © Pôle mémoire-archives municipales de Villeneuve-sur-Lot.

10/12

Entrée du stade, élévation principale – novembre 1954 - Paul Lagneau architecte © Pôle mémoire-archives municipales de Villeneuve-sur-Lot.

11/12

Tribunes du stade, coupe – juin 1954 – dressé par P.Lagneau architecte d.p.l.g, Viguie architecte de la ville © Pôle mémoire-archives municipales de Villeneuve-sur-Lot.

12/12

Le stade Max Rousié, terrain principal du complexe sportif Robert de La Myre-Mory est inauguré le 16 septembre 1956. La construction de ce nouveau stade municipal est confiée à Paul Lagneau (architecte-urbaniste) et Roger Viguié (architecte municipal). Ils conçoivent un ensemble de bâtiments  (tribunes-vestiaires, cabines-guichets et logements de gardiens) en béton et brique, aux volumes simples et aux lignes modernes.

En savoir +

Situé en bordure de route, à la sortie de la ville direction Agen, le stade municipal est d’une superficie totale de 14 hectares. Le terrain est limité sur sa face nord par le lycée G.Leygues, à l’est par le ruisseau de Cambes, au sud par une voie communale et sur sa face ouest par la RN 21. Le terrain a été cédé par l’hospice à la commune; celle-ci résilie les baux tacites passés entre l’hospice et divers exploitants. Les premières esquisses datent de 1951 et les travaux débutent en 1952.

L’entrée principale est constituée d’un portique simple encadré par deux cabines-guichets, proportionnées avec grand soin, dont la couverture basse est à une seule pente. En pénétrant dans l’enceinte on accède directement aux tribunes, 1600 places assises, desservies par un escalier central et deux escaliers latéraux. L’ensemble vestiaires-sanitaires est positionné en rez-de-chaussée sous les gradins. Le béton armé est utilisé pour le vestiaire et les gradins alors que les escaliers et les coursives sont en brique. 

Orienté nord-sud, le terrain principal (dit terrain d’honneur) est entouré d’installations relatives à la pratique de l’athlétisme (pistes, sautoirs et lançoirs). La partie sud comporte des courts de tennis, des terrains de basket-ball et de volley-ball.  L’emprise du stade permet des aménagements qui seront successivement réalisés.

Dénommé stade de la Myre-Mory jusqu’en 2011, le terrain d’honneur porte désormais le nom de Max Rousié, joueur de rugby du Sport athlétique villeneuvois.
Actuellement, le complexe est équipé pour pratiquer : 

  • le rugby : 1 terrain avec tribune 1 434 places assises, 1 terrain d'entraînement sans tribune
  • le football : 1 terrain avec tribune, 500 places assises, 1 terrain d'entraînement sans tribune
  • l’athlétisme : 1 piste synthétique à  8 couloirs, 1 cage de lancer, 1 sautoir pour la perche, 3 parcours de course à pied balisés
  • le  tennis : 2 courts de tennis couverts sans tribune, 10 courts de tennis extérieurs sans tribune
  • le beach volley
  • et la pelote basque : 1 fronton "place libre"

Ressources complémentaires / Base Mérimée - Ministère de la Culture et de la Communication