Architecture contemporaine de Lot-et-Garonne

Panorama 20e & 21e siècles - Lot-et-Garonne

Fiche

Maisons jumelles

Maison individuelle

Commune

Villeneuve-sur-Lot (47300)

Adresse

14 et 16 avenue Maréchal Foch

Maître(s) d'œuvre

Gaston RAPIN

Maître d'ouvrage

privé

Année de livraison

1907

Période de réalisation

1900-1930

Surface

190 m2

Grand Villeneuvois

Maisons jumelles, façade sur rue, Gaston Rapin architecte © CAUE47

1/6

Le toit est à pans brisés et les tuiles en terres cuites, dites tuiles violons © CAUE47

2/6

Les portes d'entrée sont travaillées avec une recherche d'effet décoratif © CAUE47

3/6

Inscription gravée dans la pierre sur la façade principale © CAUE47

4/6

Une alternance de brique et de pierre rythme la façade sur rue. © CAUE47

5/6

Maisons jumelles, façade arrière, côté jardin © CAUE47

6/6

Cet ensemble de maisons de ville, mitoyennes et jumelles, situé à proximité de l’ancienne gare de Villeneuve-sur-Lot, fait partie des réalisations que l’architecte Gaston Rapin a menées dans le cadre de son activité libérale. Construites en 1907 selon un plan rectangulaire, ces maisons présentent une façade sur rue rythmée par une alternance de brique et de pierre. Au numéro 14, une inscription gravée dans la pierre mentionne les noms de l'architecte et de l'entrepreneur Charles Crochepierre. 

 

En savoir +

La façade sur rue est travaillée avec une recherche d’effet décoratif. La toiture à pans brisés comporte des lucarnes à frontons triangulaires. Elle est recouverte de tuiles en terres cuites, dites violons. Ces tuiles mécaniques  décoratives, dont l’usage est peu courant dans la région, tirent leurs noms de leur forme.

L’alternance des matériaux, jeu de brique et de pierre marquant les chaînages d’angles et les encadrements de baies ; les arcs de décharge apparents, ornés en partie de briques vernissées vertes et soulignant les fenêtres de l’étage participent à l’ornementation de la façade.

Les portes d'entrée comportent une imposte semi-circulaire dont les petits bois entre les carreaux sont disposés en rayons. Les panneaux vitrés sont protégés par des ferronneries distinctes : au n°14 le décor est en forme de volute, celui du n° 16 plus élaboré présente des iris, un motif de style Art Nouveau. Les portes sont surmontées d’un bandeau en pierre qui suit le cintre de l’imposte et se termine par un motif enroulé en spirale.  

A l’arrière, un mur de séparation a été construit dans le jardin. Au fond de la parcelle du n°14, se trouve une petite construction, probablement un ancien poulailler. Ce jardin donne sur la cour de l’école publique Paul Bert.

Dans cette même avenue,  au numéro 13, la villa « Caprice » beaucoup plus cossue est également signée par l’architecte Gaston Rapin.

Ressources complémentaires / Base Mérimée - Ministère de la Culture et de la Communication