Architecture contemporaine de Lot-et-Garonne

Panorama 20e & 21e siècles - Lot-et-Garonne

Fiche

Piscine municipale de Casteljaloux

Construction publique

Commune

Casteljaloux (47700)

Adresse

Rue du Souvenir Français

Maître(s) d'œuvre

Pierre IMBERT Edgar BROUTET

Maître d'ouvrage

Ville de Casteljaloux

Année de livraison

1969

Période de réalisation

1946-1975

Coût

998 166,56 francs

Vue du bassin - piscine de Casteljaloux – P.Imbert – E.Broutet architectes © CAUE 47

1/13

Plan de situation – Piscine de Casteljaloux – P.Imbert – E.Broutet architectes © Archives départementales de Lot-et-Garonne – 1000W1634

2/13

Plan masse – Piscine de Casteljaloux – P.Imbert – E.Broutet architectes © Archives départementales de Lot-et-Garonne – 1000W1634

3/13

Vue du bassin - piscine de Casteljaloux – P.Imbert – E.Broutet architectes © CAUE 47

4/13

Vue des batiments - piscine de Casteljaloux – P.Imbert – E.Broutet architectes © CAUE 47

5/13

vue des sanitaires - piscine de Casteljaloux – P.Imbert – E.Broutet architectes © CAUE 47

6/13

Façade nord-est bâtiment de la piscine de Casteljaloux – P.Imbert – E.Broutet architectes © Archives départementales de Lot-et-Garonne – 1000W1634

7/13

Façade nord-ouest bâtiment de la piscine de Casteljaloux – P.Imbert – E.Broutet architectes © Archives départementales de Lot-et-Garonne – 1000W1634

8/13

Façade sud-est bâtiment de la piscine de Casteljaloux – P.Imbert – E.Broutet architectes © Archives départementales de Lot-et-Garonne – 1000W1634

9/13

Façade sud-ouest bâtiment de la piscine de Casteljaloux – P.Imbert – E.Broutet architectes © Archives départementales de Lot-et-Garonne – 1000W1634

10/13

Plongeoir de la piscine de Casteljaloux – P.Imbert – E.Broutet architectes © CAUE 47

11/13

Détail du plongeoir – Piscine de Casteljaloux – P.Imbert – E.Broutet architectes © Archives départementales de Lot-et-Garonne – 1000W1634

12/13

Entrée de la piscine de Casteljaloux – P.Imbert – E.Broutet architectes © CAUE 47

13/13

La piscine municipale de Casteljaloux est construite à la fin des années 60 par les architectes Pierre Imbert (Marmande) et Edgar Broutet (Cognac). L’équipement de plein air, comportant trois  bassins, des plongeoirs et deux bâtiments en béton armé, est traité selon les principes du mouvement moderne.

En savoir +

Le projet d’une piscine de plein air est initié par la municipalité dès 1966. L’implantation d’une piscine vient compléter un ensemble d’équipements à vocation touristique. Le terrain choisi est situé à l’entrée de la ville sur la RN 133 en direction de Marmande. Il jouxte un camping et une halle des sports, son dénivelé facilite l’évacuation des eaux des bassins. L’emplacement offre la possibilité d’aménager des parkings à proximité.

Le conseil municipal approuve le dossier d’exécution en novembre 1967.  Le projet est financé par l’Etat, le département et par des emprunts souscrits par la municipalité.

Le programme comprend :
-    un bâtiment réception et bar avec terrasses sur piscine
-    un bâtiment vestiaire à l’équerre du précèdent
-    3 bassins :
o    grand bassin pour compétition  50m X 15m
o    bassin école  pour apprentissage 25m x 10m
o    bassin  15m X 11,80 m pour plongeoir
-    des plages en béton lavés aménagées en périphérie des bassins
Le plan de masse inscrit ce programme dans un rectangle parfait.

La piscine, positionnée à l’entrée de la station thermale, vient s’intégrer parfaitement dans le paysage urbain. Le terrain se présente suivant un triangle. Les bassins, orientés nord sud, sont protégés des vents dominants par le bâtiment vestiaire. Les architectes mettent à profit la dénivellation du terrain pour faire un sous-sol sous le bâtiment vestiaire afin d’abriter la machinerie nécessaire aux traitements des eaux. L’élévation supérieure des cabines et sanitaires, parties accessibles au public, est exécutée en briques.

L’emploi du béton armé pour l’ossature des bâtiments et l’exécution des plongeoirs, les toitures terrasses débordantes marquées par le dessin d’un garde-corps aérien, l’important débord de toiture pour souligner l’acrotère et protéger l’intérieur des rayons lumineux et la structure poteaux-poutre laissée visible traduisent l’influence des principes du mouvement moderne sur les concepteurs.  

Le traitement des eaux par hydrolyse est confié à une maison spécialisée, suivant un procédé qui permet de traiter les eaux de piscine sans avoir recours aux produits chimiques habituels. Grâce à l’emploi de ce procédé, novateur à l’époque, l’eau n’a plus d’odeur et n’est pas irritante pour les muqueuses.

Chaque été, la piscine ouvre ses portes aux visiteurs qui se retrouvent plongés dans une ambiance typique des années 60.