Architecture contemporaine de Lot-et-Garonne

Panorama 20e & 21e siècles - Lot-et-Garonne

Fiche

Lycée G. Sand – Collège H. de Navarre

Construction publique

Commune

Nérac (47600)

Adresse

Boulevard Pierre de Coubertin

Maître(s) d'œuvre

Jacques POMPEY

Maître d'ouvrage

Ministère de l’éducation nationale

Année de livraison

1960

Période de réalisation

1946-1975

Lycée G.Sand - Nérac – J.Pompey, architecte – bâtiment A (externat) © CAUE 47

1/15

Entrée actuelle du lycée et du collège après l'intervention de D.Pompey et P.Tedo © CAUE 47

2/15

Lycée G.Sand - Nérac – J.Pompey, architecte – bâtiment A , un enduit beige recouvre les allèges ©CAUE 47

3/15

Lycée G.Sand - Nérac – L’entrée vue depuis la cour ©CAUE 47

4/15

Lycée G.Sand - Nérac – Détail de l’extension (auvent soutenu par des poteaux en bois) conçue par les architectes D.Pompey et P.Tedo en 2010 ©CAUE 47

5/15

Lycée G.Sand - Nérac – J.Pompey, architecte – bâtiment C (internat) ©CAUE 47

6/15

Lycée G.Sand - Nérac – J.Pompey, architecte – bâtiment B (cantine) ©CAUE 47

7/15

Lycée G.Sand - Nérac – J.Pompey, architecte – Bâtiment E (lingerie) ©CAUE 47

8/15

Lycée G.Sand - Nérac - Carreaux de mosaïque recouvrant à l'origine les panneaux de béton ©CAUE 47

9/15

Lycée G.Sand - Nérac - Préau (rajouté en 1997 - S.Husson, P.Tarozzi architecte) - batiment E, en arrière plan batiment C ©CAUE 47

10/15

Lycée G.Sand - Nérac –Théatre aménagé par G.Robert, architecte dans les années 2000 ©CAUE 47

11/15

Lycée G.Sand - Nérac –Vue intérieure du bâtiment C © CAUE 47

12/15

Lave émaillée de Pierre Saint Paul (réalisée dans le cadre du 1% artistique) qui marquait l'entrée du lycée avant la restructuration des années 2000. © CAUE 47

13/15

Lycée G.Sand – Collège H.de Navarre – Nérac – Plan de l’établissement. © Laetitia Maison-Soulard, Région Nouvelle-Aquitaine, Service du patrimoine et de l'Inventaire, 2017.

14/15

Lycée G.Sand – Collège H.de Navarre – Nérac - Plan masse général, 2010, D.Pompey – P.Tedo architectes.

15/15

Les Trente Glorieuses s’accompagnent d’une explosion démographique qui entraine une intense demande de logements et d’équipements publics. Au début des années 60, la ville de Nérac se dote d’une cité scolaire, comprenant un collège et un lycée. L’architecte Jacques Pompey, associé à l’entreprise de travaux publics Delbigot (Sainte-Livrade-sur-Lot), est lauréat du concours conception-construction organisé par le Ministère de l’éducation nationale. Le recours à la préfabrication et l’utilisation du béton permettent de construire en quelques mois l'établissement scolaire.

En savoir +

Le lycée est implanté au nord de la ville sur un terrain, donné par la commune à l’Etat, situé sur un axe passant en direction de Lavardac. Il s’installe aux côtés d’un parc des sports (complexe sportif de plein air comprenant stade, piscine...) et d’un lotissement concerté « la Cité des Castors » dont la construction a précédé celle du lycée.

Le lycée se compose de plusieurs bâtiments indépendants (externat, internat, administration, cantine-lingerie) organisés autour d’une cour centrale arborée. La conception est limitée puisqu’elle est définie par une circulaire de 1952 du Ministère de l’éducation nationale. Une norme stricte est imposée : une trame unique de 1,75 m de côté, aussi bien en élévation qu’en plan. Il s’agit de produire rapidement, de façon systématique et standardisée. Chaque bâtiment du lycée, en forme de barre à toit-terrasse, est conçu selon cette norme.

La construction est rapide, en raison de la préfabrication des éléments  (poteaux-poutres, panneaux), mais pas seulement. Les panneaux en béton sont coulés sont place, une « usine » est installée in situ dans la (future) cour de récréation. Les coûts de transport sont réduits, la fabrication accélérée. Les panneaux sont recouverts de petits carreaux de mosaïque bleue dont il reste encore quelques traces. En fonction de leur destination les bâtiments s’élèvent sur deux, trois ou quatre étages.

Quatre œuvres ; des peintures de Pierre Théron (aujourd'hui détruite) et Pierre Raffi, une sculpture de Vadim Androusov et une lave émaillée de Pierre Saint-Paul sont réalisées grâce au 1% artistique. Cette disposition qui institue la création d’œuvres d’artistes-plasticiens contemporains associés à la création architecturale publique, est mise en place par un arrêté de 1951 dans le cadre de l’Éducation nationale. 1% des dépenses de construction du lycée sont donc consacrées à sa décoration.

A partir de 1997, 3 cabinets d’architectes interviennent sur le site. Stéphane Husson et Patricia Tarozzi créent un préau qui relie les bâtiments d’externat et la cantine. Geneviève Robert aménage dans un petit bâtiment, en retrait de l’externat, une salle de théâtre indiquée par un mur paré d’un revêtement rouge.

La construction d’un rond-point ayant « décalée » l’entrée du lycée vers le stade André Duprat, l’intervention en 2010 de Denis Pompey (fils de Jacques Pompey) et Patrick Tedo s’attache à redonner une cohérence à l’ensemble.  Le bâtiment de l’administration « s’arrondit », il reçoit une extension, composée  d’un cylindre et d’un quadrilatère, qui repositionne l’entrée côté boulevard Pierre de Coubertin. A cela s’ajoutent des travaux de mises en accessibilité de l’établissement, de rénovation de façades et de restructuration de l’internat (redimensionnement de certaines classes).

Dans son livre « 120 histoires d’architecture », Jacques Pompey (né en 1925), relate entre autres l’inauguration du lycée « ou comment quelques élèves impertinents ont détourné l’œuvre d’un artiste sculpteur ». Entre les années 50 et les années 2000, il fut un grand bâtisseur. Lauréat du concours conception-construction organisé par le Ministère l’éducation nationale, il est l’auteur de nombreux établissements scolaires (lycées à Lectoure (Gers), Fumel – lycée agricole de Nérac…). Au cours des  années 60-70, il réalise à Agen,  la sécurité sociale (place A. Fallières), l’ensemble d’immeubles  Ilot 5 (face à la Poste boulevard Carnot), la CAF, le marché gare, les cliniques Esquirol et Saint Hilaire, le Centre hospitalier de la Candélie… De 1960 à 1965, il édifie l’église Sainte-Jehanne au Passage d’Agen, classée depuis Monument Historique.