Architecture contemporaine de Lot-et-Garonne

Panorama 20e & 21e siècles - Lot-et-Garonne

Fiche

Tour Victor Hugo

Habitat collectif et groupé

Commune

Agen (47000)

Adresse

32 cours Victor Hugo

Maître(s) d'œuvre

Georges VETEAU

Maître d'ouvrage

Société Anonyme Coopérative de Construction Familiale de l’Agenais (SACOFA)

Année de livraison

1970

Période de réalisation

1946-1975

Coût

5 269 9868 francs ( année de référence :1966)

Agen - Tour Victor Hugo – Georges Véteau architecte - Vue aérienne – non datée © Pôle Mémoire et Archives / Agen.

1/13

La tour Victor Hugo s’élève à la place des anciens bains douches municipaux désaffectés et d’une maison (blanc-ferrand) bordant l’entrée du cours Washington © Pôle Mémoire et Archives / Agen.

2/13

Agen - Démolition des bains douches – 25.11.1966 © Pôle Mémoire et Archives / Agen.

3/13

La tour Victor Hugo est implantée au centre d’un ilot en forme de triangle, à l’intersection du Cours Victor Hugo et du Boulevard Carnot. © Pôle Mémoire et Archives / Agen.

4/13

Agen – Construction de la Tour Victor Hugo – Georges Véteau architecte – 29 .06.1968 - façade sud-est © Pôle Mémoire et Archives / Agen.

5/13

Agen - Tour Victor Hugo – façade sud-ouest - Georges Véteau architecte - état actuel © CAUE 47

6/13

Agen - Tour Victor Hugo – façades nord-ouest - Georges Véteau architecte - état actuel © CAUE 47

7/13

Agen - Tour Victor Hugo –Détail des derniers étages - Georges Véteau architecte - état actuel © CAUE 47

8/13

Tour Victor Hugo - façades nord-est (C1) et nord-ouest (C2) - 1966- Georges Véteau architecte© Pôle Mémoire et Archives / Agen.

9/13

Tour Victor Hugo - façades nord-ouest (A1) et sud-ouest (A2) - 1966- Georges Véteau architecte © Pôle Mémoire et Archives / Agen.

10/13

Tour Victor Hugo - façades sud-ouest (B1) et sud-est (B2) - 1966- Georges Véteau architecte © Pôle Mémoire et Archives / Agen.

11/13

Tour Victor Hugo - coupe - 1966 - Georges Véteau architecte © Pôle Mémoire et Archives / Agen.

12/13

Projection nocturne sur la Tour Victor Hugo – Film « 25e heure – Paysages de Lot-et-Garonne » de C.Garrier - Pollen - CAUE 47 – Journées du Patrimoine 2008 © CAUE 47

13/13

Edifiée à la fin des années 60, par l’architecte Georges Véteau, la tour Victor Hugo est le bâtiment le plus haut d’Agen. S’élevant à près de 50 mètres l’immeuble associe logements, commerces et bureaux. Point de repère en centre-ville, décriée ou appréciée, solitaire ne se rattachant en rien au tissu urbain proche, la tour Victor Hugo ne laisse pas indifférent. 

En savoir +

L’emplacement choisi pour édifier la tour, à l’intersection du Cours Victor Hugo et du Boulevard Carnot, était occupé par des anciens bains douches municipaux - désaffectés depuis l’ouverture du stadium municipal - et un immeuble. La démolition de ces deux bâtiments débute en 1966. Le projet initial, trop cher en raison d’un second sous-sol, est modifié. La déclaration d’ouverture de chantier est déposée le 20 décembre 1966. « L’îlot des bains douches » est reconfiguré en forme de triangle pour y implanter la tour. Les travaux de fondations vont durer de nombreux mois. En janvier 1968, la construction atteint le niveau du 6eme étage, la fin des travaux est déclarée le 17 février 1970. 

A l’instar de l’immeuble du Floréal construit en 63-64, la résidence Victor Hugo regroupe des logements, des bureaux et des commerces. Cette opération de prestige est financée par un promoteur privé et confiée à l’architecte Georges Véteau. A l’époque de sa construction, elle symbolise la modernité. 

L’immeuble, dont le plan en forme de Y est dit « étoile à trois branches », occupe une surface au sol de 840 m2. Il s’élève sur quinze étages posés sur un haut soubassement. Sur les neuf façades de l’immeubles, trois sont constituées de panneaux plein en béton, les six autres sont en verre. Les baies horizontales constituent une grille répétitive et atténuent la verticalité de l’ensemble. Ces murs rideaux en verre laissent pénétrer la lumière profondément à l’intérieur du bâtiment et dégagent un vaste panorama à chaque niveau. Sur l’aile sud des loggias se substituent aux baies.

Les locaux commerciaux sont installés dans les deux niveaux du soubassement. L’aile nord est réservée aux bureaux. A l’origine, le 1er étage recevait la chambre de métiers. Chacun des 28 appartements, allant de 50 m2 à 140 m2 est « pourvu de tous les perfectionnements modernes ». Un parking sous-terrain est creusé dans l’unique sous-sol conservé.