Architecture contemporaine de Lot-et-Garonne

Panorama 20e & 21e siècles - Lot-et-Garonne

Fiche

Le Floréal

Habitat collectif et groupé

Commune

Agen (47000)

Adresse

137 avenue Jean Jaurès

Maître(s) d'œuvre

Georges VETEAU

Maître d'ouvrage

Société Civile Immobilière Floréal

Année de livraison

1963-1964

Période de réalisation

1946-1975

Le Floréal, vue depuis l'avenue Jean Jaurés (façade nord) fin 60-début 70 © Pôle Mémoire et Archives/Agen

1/13

Le Floréal, vue depuis l'avenue Jean Jaurés (façade nord) juillet 2017 © Pôle Mémoire et Archives/Agen

2/13

Le Floréal, vue depuis le parc Labesque, mars 1970 © Pôle Mémoire et Archives/Agen

3/13

Le Floréal, vue depuis le parc Labesque, juillet 2017 © CAUE 47

4/13

Le Floréal (façade sud) - 2016 © CAUE47

5/13

Le Floréal (façade ouest) - 2016 © CAUE47

6/13

Projet datant de 1952 (non réalisé) d'implantation de la cité Bajon. Le Floréal a été implanté sur l'ilot situé à droite.© Pôle Mémoire et Archives/Agen

7/13

Le Floréal plan de situation décembre 1960 © Pôle Mémoire et Archives/Agen

8/13

Le Floréal implantation façade nord - Georges Véteau architecte © Pôle Mémoire et Archives/Agen

9/13

Le Floréal façade nord - Georges Véteau architecte © Pôle Mémoire et Archives/Agen

10/13

Le Floréal façade sud - Georges Véteau architecte © Pôle Mémoire et Archives/Agen

11/13

Le Floréal - Coupe AA - Georges Véteau architecte © Pôle Mémoire et Archives/Agen

12/13

Le Floréal - façade est - Georges Véteau architecte © Pôle Mémoire et Archives/Agen

13/13

Implanté en bordure de l’avenue Jean Jaurès à Agen, face au Parc Labesque, l’immeuble Le Floréal est construit en 1963-64, par l’architecte Georges Véteau. Opération mixte associant logements, commerces, bureaux et parkings, Le Floréal préfigure, à une moindre échelle, la tour Victor Hugo édifiée en 1968-69, par le même architecte en centre-ville.

En savoir +

Le programme du Floréal comprend la création de 36 logements en copropriété de 3 ou 4 pièces avec garage en sous-sol, d’un centre commercial d’une dizaine de magasins en rez-de-chaussée et de bureaux. Le financement de l’opération s’effectue dans le cadre d’une Société Civile Immobilière (promoteur privé). L’implantation d’un  immeuble résidentiel à usage mixte contribue à l’équipement du quartier qui est alors en plein développement. La parcelle qu’il occupe devait initialement accueillir une 2eme tranche, soit deux immeubles, de la cité Bajon toute proche.

L’architecte met ici en œuvre des principes issus du mouvement moderne. L’immeuble de 29,27 mètres de hauteur comporte 10 étages élevés au rez-de-chaussée. Il se caractérise par une volumétrie simple. Un large soubassement, dominé par une terrasse, est affecté aux commerces. Les logements du 1er étage s’ouvrent sur cette large terrasse faisant face à l’avenue Jean Jaurès. Le corps de bâtiment principal, dans lequel sont répartis les logements, est disposé en retrait par rapport à la rue. Une série de fenêtres-bandeaux de même hauteur, séparées par d’étroits meneaux, forment une trame continue le long de la façade nord (coté avenue Jean Jaurès). Cette trame est reproduite par l’aménagement de balcons sur la façade sud, donnant sur le quartier résidentiel de la cité Bajon. Les appartements de l’étage sommital, en retrait par rapport au corps de bâtiment, bénéficient  d’une terrasse. 

Natif du Lot-et-Garonne, Georges Véteau s’installe en tant qu’architecte à Agen en 1955. Dans la ville-préfecture il réalise, entre autres, la cité HLM Léon Blum (1 tour, 3 immeubles et 86 maisons jumelées), le centre commercial de la cité Tapie-Mondésir et la tour Victor Hugo (programme mixte associant logement et équipement commercial).