Architecture contemporaine de Lot-et-Garonne

Panorama 20e & 21e siècles - Lot-et-Garonne

Fiche

Ecole Nationale d’Administration Pénitentiaire

Construction publique

Commune

Agen (47000)

Adresse

440 avenue Michel Serres

Maître(s) d'œuvre

Michel CANTAL-DUPART(architecte-urbaniste) Dominique COULON (architecte-paysagiste) OGER international Guy AUTRAN (architecte mandataire) Philippe MARRAUD (architecte exécution) Jacob SERETE (bureaux d’études) Jean-Pierre BRETHES (architecte Cabinet Triangle) Michel PETUAUD-LETAND Brassié Stéphane, architecte

Maître d'ouvrage

Ministère de la Justice – Direction de l’administration pénitentiaire

Année de livraison

2000 - 2005

Période de réalisation

Depuis 2000

Surface

16 hectares (site)

Coût

39.8 millions d’euros toutes dépenses confondues (hors hébergement)

Mots-clés

parc urbaincampus

Entrée de l’ENAP © CAUE47

1/16

Le campus de l'ENAP comprend des bâtiments d'enseignements, de restauraion et d'hébergement © CAUE47

2/16

L'ENAP est située au cœur de l’université Michel Serres © CAUE47

3/16

L’amphithéâtre Armand Fallières et sa toiture en gradins © CAUE47

4/16

Un des bâtiments d’enseignement de l'ENAP © CAUE47

5/16

Un des bâtiments d’enseignement de l'ENAP © CAUE47

6/16

Hall d’accueil d’un bâtiment d’enseignement de l’ENAP © CAUE47

7/16

Bâtiment d’enseignement de l’ENAP © CAUE47

8/16

Le restaurant vu depuis le parc © CAUE47

9/16

L’ancienne ferme de Trenque est située au cœur du parc. © CAUE47

10/16

L’ancienne ferme de Trenque a été transformée en cafétéria-foyer des élèves © CAUE47

11/16

Village d’hébergement deTrenque © CAUE47

12/16

Village d'hébergement de Peyrac © CAUE47

13/16

Village d'hébergemet de la Capelette © CAUE47

14/16

Les bâtiments de l'ENAP s'orgnisent autour d'un vaste parc arboré © CAUE47

15/16

Un long canal paysager traverse le campus de l'ENAP selon une diagonale nord-sud. © CAUE 47

16/16

Au sud d’Agen, au cœur de l’université Michel Serres, sur une emprise de 16 hectares autour de l’ancienne ferme de Trenque, l’Ecole Nationale d’Administration Pénitentiaire (ENAP) a été conçue selon un parti urbain de « projet ouvert sur la ville ». Les bâtiments d’enseignement, ainsi que les trois villages d’hébergement sont répartis sur le pourtour d’un parc central, sans aucune clôture. La ligne directrice d’un canal paysager organise les déplacements des étudiants. La création d’une identité architecturale, par un registre de matériaux et couleurs, le travail sur la lumière naturelle ainsi que la mise en valeur du paysage déjà en place caractérisent ce projet d’ensemble.

En savoir +

Le plan d’aménagement défini par Michel Cantal-Dupart (urbaniste) et Jacques Coulon (paysagiste) propose l’idée novatrice et provocatrice d’une école « ouverte » sur la ville. A l’image des campus américains, le programme se développe sur un vaste parc arboré. Pour conserver l’unité de l’espace naturel central, les bâtiments devaient être implantés uniquement sur la périphérie. Respectant ces prescriptions, l’architecte Guy Autran a disposé les trois premiers ensembles bâtis de l’école (enseignement, sport, restauration) sur trois côtés du parc.

Ce parc joue un rôle majeur dans la qualité de vie des étudiants. Les tracés anciens et les végétaux déjà en place, qui accompagnaient le corps de logis de l’ancienne ferme de Trenque, ont été conservés et intégrés dans la composition géométrique d’ensemble. Un long canal paysager le traverse selon une diagonale nord-sud. Un dispositif de pontons de bois permet de rejoindre les allées aménagées pour le parcours des élèves, offrant des perspectives sur les différents lieux de l’école.

S’agissant de l’architecture des bâtiments, un choix de formes et de matériaux a été défini pour donner une unité et une cohérence aux édifices distincts sur le plan fonctionnel. Dans chaque entité, des volumes blancs ou gris sont agencés de part et d’autre d’un haut mur de couleur rouge en référence à la terre cuite et aux enduits traditionnels.

Dans la continuité de l’existant, l’école de détention, construite en 2005, ferme le parc côté Nord et forme un trait d’union entre les bâtiments d’enseignement et de sport. Reprenant un des principes architecturaux, un grand mur rouge y définit un axe longitudinal pour les circulations. Au sein de cette école, ont été reconstituées des cellules et des coursives de l’univers carcéral, ce qui permet de développer un enseignement novateur, fondé sur l’apprentissage par simulation, et sur l’observation de mises en situation exceptionnelle.

Au bout de l’allée piétonne du canal, le restaurant se détache par la présence d’un mur rouge qui ferme la perspective et signale son entrée. Son large débord de toit abrite une terrasse extérieure et redonne une échelle plus domestique au lieu. A l’intérieur, une bande d’éclairage zénithale inonde de lumière un grand mur ondulant, enduit du rouge emblématique, dans lequel un oculus permet d’apercevoir le patio central et les zones de préparation des repas. Une baie vitrée panoramique met en contact les élèves avec les arbres du parc.

Les villages d’hébergement, construits en 2000 par différentes équipes d’architectes, respectent un cahier des charges commun : cantonner les voitures en lisière du périmètre bâti ; donner à chaque village son identité et son échelle autour d’une place et de ruelles piétonnes ; couvrir les maisons ou résidences de toits en tuile canal ; enfin préserver la porosité visuelle et les perspectives lointaines à travers les constructions. Les noms des villages -Trenque, La Capelette et Peyrac- reprennent ceux des anciens lieux-dits, à vocation agricole, entretenant la mémoire du territoire dans lequel ils s’installent.

Détail des surfaces :
Bâtiment d’enseignement : 1 1500 m2 (shon)
Bâtiment de détention : 2 000 m2 (shon)
Bâtiment de sport : 4 300 m2 (shon)
Restaurant et foyer : 3000 m2 (shon)

En 2017, la question d’une nouvelle extension est à l’ordre du jour et doit être prochainement tranchée à l’échelon ministériel.